exemple de upcycling ou surcyclage dophin en plastique

Le recyclage plastique : le vrai du faux

Le recyclage plastique peut sembler être un geste écologique efficace. Pourtant, il est loin de l’être, et les marques qui veulent faire croire le contraire profitent du terme “recyclable” pour faire de la communication et redorer leur image, autrement dit du greenwashing.

Le plastique a pris une place démesurée dans nos vies. Il est partout et il est presque impossible d’y échapper.

Pourtant, il est possible de vivre sans, on le voit à travers le mouvement zéro déchet.

Si cette démarche citoyenne est forte, elle reste cependant peu pratiquée.

Et selon nous, il faut commencer à la base, là où beaucoup d’entre nous n’arrivons même pas à recycler correctement.

Posidonia Green Festival à Barcelone, sensibilisant sur les déchets plastiques

Et ce n’est pas parce que nous ne faisons pas d’efforts.

Le recyclage plastique : toujours possible ?

Souvent, les industriels ne nous facilitent pas la tâche, en créant des matériaux difficiles à recycler, ou encore qui nous trompent en essayant de nous faire croire que leur produit est emballé dans du 100% recyclé, alors qu’ils ne peuvent pas factuellement prouver que c’est le cas. Mais ils utilisent ce genre d’arguments pour nous faire miroiter un quelconque engagement sur le plan environnemental.

Si on remonte dans l’histoire, le plastique utilisé était au départ uniquement de haute densité, durable, et c’est en 1956 qu’un certain Lloyd Souffer a encouragé l’industrie à fabriquer du plastique à usage unique en disant lors d’une conférence pour la Society of the Plastics Industry : Le futur du plastique est dans la poubelle.

The future of plastics is in the trash can. […] The happy day has arrived when nobody any longer considers the plastics package too good to throw away.

Lloyd Souffer

Tout ça dans un seul but : augmenter leurs marges !

Un autre exemple qui montre la mauvaise foi de l’industrie : le logo vert en forme ronde avec des flèches. Celui-ci ne signifie pas que le produit est recyclable. Cela veut simplement dire que le fabricant de cet emballage a versé une contribution pour le recyclage (en tout cas, en France).

Aux Etats-Unis, le logo en forme de triangle avec les flèches ne veut pas dire que le matériel est recyclable… En France et en Espagne c’est pareil, ça veut simplement dire que le recyclage de cet emballage plastique dépend de la collectivité dans laquelle il va être déposé.

Il est temps que nous analysions un peu plus en détail le vrai du faux sur le recyclage plastique.

Qu’est ce que le recyclage ?

Mais avant tout, il faudrait définir ce que veut dire le mot Recycler. En principe, c’est le fait d’utiliser le même matériau pour en faire un identique. On appelle ça le recyclage en boucle fermée.

Dans le cas où le matériau est dévalorisé, pour en faire quelque chose de moindre qualité, on parle de downcycling, de décyclage, ou de dévalorisation.
Et quand il est revalorisé pour en faire un produit d’une valeur supérieure, on parle alors de upcycling ou surcyclage.
C’est du recyclage en boucle ouverte.

Et c’est bien là que le plastique pose problème : il est rarement recyclable à 100% car il perd sa qualité avec le recyclage et même quand il est recyclé, c’est souvent en boucle ouverte.

Avant de faire du recyclage, il faut savoir que chaque collectivité est différente.
Même au sein d’un même pays, le recyclage n’est pas le même d’une ville à l’autre. C’est pourquoi il est important de toujours vérifier avec la municipalité en question.

Quel plastique recycler ?

Avant de pouvoir recycler, il faut déjà savoir si le plastique est recyclable ou non.

Les types de plastiques

Voici un glossaire pour mieux comprendre les différents types de plastiques qui existent :

plastic type de plastique

PP : Polypropylène

C’est un matériau souple et résistant à la fois, utilisé pour de nombreuses pièces moulées dans le secteur automobile (pare-chocs, tableaux de bord, habitacle), certains types de tissus d’ameublement ou jetable (ex: masques chirurgicaux), et les emballages alimentaires (le plastique des repas à emporter, les pailles etc).

PS : Polystyrène

Utilisé pour des emballages pour la protection d’appareils, notamment lors du transport, il est inflammable et la forme ordinaire est non dégradable (durée de vie d’environ 500 ans enfoui). On le trouve également sous forme de pots de yaourts.

PET : Polyéthylène Téréphtalate

Ce type de plastique est surtout utilisé pour les bouteilles, les flacons, les pots. Il fait partie de la famille des thermoplastiques et est théoriquement recyclable.

PE-HD : Le polyéthylène haute densité

Il s’agit d’un plastique dur, utilisé par exemple pour les bidons de lessive et assouplissant.

PEBD : Le polyéthylène basse densité

Ce type de plastique est mou et est utilisé pour les sacs en plastiques, les films, les récipients souples.

le recyclage en France

Etude sur le taux de recyclabilité et de recyclage de ces plastiques

L’Organisation du Consommateur OCU en Espagne a fait une étude sur 10 foyers qui font le tri. Ils ont suivi ces déchets jusqu’aux sites de tri et ils ont pu observer les taux auxquels ces plastiques sont identifiés par les outils des centres de tri :

Le PET a été reconnu à 27%, le PEHD à 88%, le PS à 12%, le PP à 15%…
D’autres matériaux sont bien plus faciles à détecter, comme l’acier (100%) ou l’aluminium (100%). Ce résultat est plutôt décevant.

Mais ce n’est pas tout. Ce n’est pas parce que ces produits sont identifiables qu’ils sont recyclables.

L’OCU a donc poursuivi son étude en faisant une comparaison avec le taux de recyclage maximum de ces plastiques ou autres matériaux, en vérifiant avec des experts :

En effet, l’acier et l’aluminium sont très faciles à recycler.
Et c’est une bonne nouvelle, car il est très difficile de produire ces matériaux et leur processus de fabrication est très polluant. Mais leur taux de recyclabilité permet de le recycler à l’infini !

Quant au plastique, tout dépend du plastique en question. Mais mise à part le plastique à haute densité, qui se recycle plutôt bien, le reste est dérisoire…

Pourquoi le recyclage plastique pose-t-il des difficultés ?

Il semblerait qu’il y ait 3 raisons principales qui rendent le recyclage plastique inefficace :

  • Une défaillance technologique du centre de tri
  • Un manque de rentabilité pour le centre de tri
  • Une mauvaise conception de l’emballage

Les barrières au recyclage sont donc multiples.

Quelques exemples où le recyclage plastique est difficile, voire impossible :

  • Les étiquettes peuvent empêcher les machines qui utilisent des systèmes optiques de bien classifier le type de produit et finissent par l’envoyer vers le mauvais flux.
  • Les emballages de couleur noire rendent également la tâche du système optique difficile car ils leur apparaissent invisibles. La technologie existe pour les trier mais n’est pas rentable.
  • Le PET opaque comme les bouteilles de shampoing ou de lait ne sont pas recyclées car leur couleur rend leur taux de recyclabilité postérieur très faible.
  • Le PET de couleurs intenses peut être décyclé donc peu rentable car l’utilisation serait limitée à des produits de basse qualité (textiles ou pièces automobiles).
  • Les dimensions : les petits plastiques (moins de 5cm) se perdent dans le circuit de recyclage…
  • Les plateaux peuvent être recyclés mais dans un circuit différent de celui des bouteilles PET et il y a très peu de centres de tri qui peuvent le faire.
  • Les emballages rigides comme les bricks ou les tubes de dentifrice sont faits de couches multiples difficiles à séparer. Même chose pour les emballages souples tels que les paquets de chips ou les boissons pour enfants.
  • Les mécanismes de pompes ou pistolet des bouteilles posent des problèmes dans le centre de tri et sont automatiquement jetés.
  • Les PP et PS n’ont pas toujours un circuit de classification sur les sites de tri. La technologie existe mais n’est pas présente dans certains pays, comme l’Espagne.

Pourquoi recycler le plastique ?

Le plastique est difficile à recycler, certes. Est ce que ça veut dire pour autant qu’il ne faut plus mettre dans la poubelle jaune des plastiques non recyclables ?

Recycler pour améliorer la prise en charge des déchets

L’organisation de consommateurs OCU en Espagne pense qu’il faut continuer à mettre le plastique difficile à recycler dans la poubelle jaune, car ça permet aux centre de tri de se rendre compte du problème et de chercher des solutions pour y remédier.

recyclage à Valence Espagne
Recyclage dans la région de Valence en Espagne

Attention cependant à ce genre de déclarations. Ce n’est pas applicable partout…

A New York par exemple, c’est une toute autre histoire. Le plastique type basse densité comme les films sont en fait néfastes pour les centres de tris.

Ces centres ne recyclent pas directement, mais revendent les déchets. Ce type de plastique provoque souvent des incidents avec les machines de tri. C’est pourquoi il est préférable de ne pas recycler ce type de plastique à New York (tout du moins, en 2021).

De plus, ces centres doivent payer pour se débarrasser de ces déchets, ce qui leur fait perdre de l’argent… Hors, ces centres sont importants et on ne voudrait pas qu’ils arrêtent leur activité pour faute de pertes économiques.

C’est pourquoi il est si important de se renseigner localement.

Mais de toute façon et de manière générale, on voit bien que recycler du plastique à 100% est illusoire.

Recycler les matériaux avec un taux de recyclabilité élevé

D’autres matériaux comme l’acier ou l’aluminium sont facilement reconnaissables par les machines des centres de tri et sont recyclables à 100%. Le plastique PET pourrait aussi être recyclable à ce taux, mais il faut que la bouteille soit transparente ou transparente bleu clair, et que les machines arrivent à bien enlever les étiquettes.

Notons aussi que contrairement à l’acier et l’aluminium, le plastique ne peut pas être recyclé à l’infini. Même si en Juin 2021, le secteur clame avoir trouvé le moyen de recycler le PET à l’infini avec un procédé de recyclage enzymatique, restons prudents sur ce genre de déclarations… Et ça ne concernerait de toute façon qu’un type de plastique…

Recycler pour réduire nos émissions

Recycler est aussi important pour le climat. En effet, créer un nouveau matériel a une empreinte carbone importante. Donc logiquement, quand on recycle, on utilise moins de gaz à effet de serre. Même s’il est vrai que recycler dépense aussi en énergie, la dépense est faible comparée au processus de fabrication. Il faut aussi se rappeler que la terre est en rupture de stock de matières premières. Que ce soit le pétrole ou le gaz pour le plastique, le sable pour le verre, ou le bauxite pour l’aluminium.

Le problème avec le plastique, c’est qu’on ne connaît pas son coût réel pour l’environnement. En effet, on prend en compte uniquement l’énergie nécessaire pour sa fabrication. Et le plastique ne demande pas autant d’énergie que les autres matières. Et le recyclage plastique est complexe, peut coûter cher, et a besoin de filières spéciales par type de plastique. Hors, on ne calcule pas l’aspect néfaste face à sa dégradation, c’est à dire les particules fines qu’il génère, tels que les microplastiques voire les nanoparticules de plastique.

Recycler pour encourager l’économie circulaire

Une autre raison pour recycler est d’éviter que le plastique ne termine dans la nature.
Nous essayons ici de suivre une logique d’économie circulaire. Décycler, par exemple en créant des vêtements est toujours mieux que de ne rien faire. Par contre, il faut faire attention à ne pas encourager la filière plastique sous prétexte d’économie circulaire. Et comme mentionné plus haut, il reste le souci lié à sa dégradation.

Le danger des microplastiques

Quand un objet en plastique finit dans la nature, notamment dans les océans, il se décompose très lentement mais sûrement, pour finir en microplastique. Et le plastique n’est pas le seul problème. Ces emballages contiennent des composantes chimiques.
On y retrouve des substances nocives pour la planète et notre santé comme des perturbateurs endocriniens tels que le Bisphénol A, F et S, composés fluorés, de phtalates, de parabènes, d’éthers de glycol et de retardateurs de flamme.

Selon une enquête de Santé Publique France, tous les Français, adultes et enfants, sont “imprégnés” de ces substances… Les conséquences peuvent aller du cancer, à la puberté précoce, en passant par le diabète, l’obésité ou encore la baisse de fertilité.

composantes chimiques dans le plastique et dangers pour la santé

Que pouvons-nous faire pour que le recyclage soit plus efficace ?

Encore une fois, compter uniquement sur les autres pour régler ce problème n’est pas réaliste. L’industrie du plastique est un gros lobby, rattaché à la branche pétrolière.

A nous d’être bien informé.e.s et de séparer correctement les déchets.

10 conseils pour simplifier le recyclage plastique :

  1. Retirer le contenu des emballages plastiques. Pas besoin de les nettoyer, mais retirer les restes de nourriture permet qu’ils soient facilement détectables par le centre de tri.
  2. Pour les emballages mixtes, séparez les différentes composantes de matériaux pour s’assurer que ça ne finisse pas à la poubelle ordinaire. Par exemple, retirer le plastique du carton, les couvercles des bouteilles de verre, etc.
  3. Retirer les étiquettes, surtout si elle est très grande et qu’elle se décolle facilement.
  4. Laisser le bouchon vissé sur la bouteille pour pas qu’il ne se perde, après avoir comprimé l’emballage.
  5. Éviter les produits qui ont des mécanismes de pompes ou pistolet. Il vaut mieux réutiliser ces mécanismes et acheter des recharges.
  6. Privilégier les matériaux faciles à recycler comme l’aluminium. Si on a le choix pour le même produit en magasin entre bouteille et canette, choisissez cette dernière (et surtout, recyclez-la dans la poubelle jaune).
  7. Si on achète un produit avec un emballage plastique, évitons les formes les plus délétères telles que le PP, PS ou PEBD.
  8. Toujours avoir une gourde sur soi, surtout en été, pour bien s’hydrater et éviter de consommer du plastique, tout en faisant des économies.
  9. Eviter d’acheter les plastiques de couleur opaque, intense ou noire, et si c’est inévitable, les surcycler !
  10. Toujours avoir un mini sac sur soi pour faire des courses imprévues. Il en existe des si petits qu’il ne prendra pas de place dans votre sac à main ou même dans votre poche de veste ou manteau.

Si vous vivez en France, je vous conseille ce site pour savoir facilement comment recycler vos déchets.

Aller plus loin : le mouvement zéro-déchet

C’est bien sûr une solution bien plus efficace. Car moins on consomme de plastique, moins on aura besoin de recycler !

Même si cela peut paraître compliqué, c’est simplement une question d’habitude qui demande juste un minimum d’organisation.
De nos jours, il existe de nombreuses boutiques qui vendent en vrac. Il suffit de remplir ses propres récipients, et le tour est joué.

Certains fabriquent leurs propres produits (telle que la lessive) quand ils n’ont pas le luxe d’avoir ce genre de magasins près de chez eux. Les recettes sont beaucoup plus simples qu’on peut le croire.

On a aussi de plus en plus de solutions solides tels que les savons ou les shampoings qui sont beaucoup plus écologiques que les bouteilles à pompe ou les bouteilles en plastique opaque.

zero dechet bouteilles plastiques remplacee par gourde

Si vous connaissez des magasins qui vendent en vrac dans votre région ou une visitée récemment, n’hésitez pas à la partager avec notre communauté grâce à notre petit formulaire. Vous pourrez ensuite facilement les retrouver, où que vous alliez, grâce à notre site web.

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager autour de vous. Et si vous avez d’autres idées qui ne sont pas mentionnées ici, n’hésitez pas à mettre un commentaire ci-dessous.

Et rappelez-vous : dans les 3 R, recycler est la dernière étape de notre geste citoyen. Avant ça, la priorité est de Réduire, puis de Réutiliser.

Recycler est le dernier maillon de la chaîne et ne devrait jamais être le premier !

1 réflexion sur “Le recyclage plastique : le vrai du faux”

  1. Ping : Crème solaire : tout savoir sur sa protection et ses dangers pour l’environnement - Planeta Sana ®

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :