Volcans parc de la montagne de feu Timanfaya Lanzarote

Comment Lanzarote est devenue une destination phare du tourisme durable

Audio Version

Lanzarote a attiré mon attention depuis longtemps car elle semblait être l’île la moins célèbre des Canaries et potentiellement avec un modèle plus durable. Je cherche toujours des endroits un peu différents des autres. Mais c’est en étudiant pour devenir consultante Biosphere que j’ai appris que cette île s’intéressait tout particulièrement au tourisme slow, au tourisme respectueux de l’environnement, à un public sensibilisé par la cause de la planète et de la biodiversité.

Lanzarote et son rôle dans la conception du tourisme durable et responsable

En effet, Lanzarote a été pionnière de la conception même du tourisme durable.
La première conférence internationale sur le tourisme durable a eu lieu en 1995 à Lanzarote et c’est ici même qu’est né le concept.
Cette réunion historique s’est faite avec le soutien de l’UNESCO et de l’Organisation Mondiale du Tourisme.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Lanzarote continue de s’engager pour le tourisme responsable. En 2017, une conférence internationale sur le tourisme durable a eu lieu ici et a débouché sur le Mémorandum de Lanzarote. Ce document détermine les critères nécessaires à un tourisme respectueux de l’environnement, et de ses habitants, en se basant également sur les 17 Objectifs de Développement Durable.

Lanzarote est aussi réserve de la Biosphère de l’Unesco. C’est donc un site incontournable pour Planeta Sana.

dunes de caleta de famara
Dunes de Caleta de Famara

Cette île volcanique de plus de 300 volcans a énormément à offrir. Entre ses volcans encore actifs, sa gastronomie, sa route des vins originale, ses villes portuaires, ses îlots, ses plages, et notamment sa culture imprégnée par l’influence de César Manrique, les 10 jours que nous y avons passés ont été trop courts!

L’influence de César Manrique

César Manrique est un artiste et peintre né en 1919 influencé par Picasso et Matisse qui a réussi à l’international, avec une exposition au Musée Guggenheim de New York en 1954. Mais en 1968 il revient sur son île natale de Lanzarote qu’il considérait comme un lieu de beauté unique qu’il décida de mettre en avant à travers divers projets. Il a longtemps milité contre le tourisme de masse en le dénonçant publiquement. Il a aussi valorisé ses terres pour les rendre attractives dans leur authenticité.

En effet, c’est grâce à lui que l’architecture dominante reste typique: maisons blanchies à la chaux, ornées de portes et volets verts et de cheminées surmontées d’un chapeau en forme d’oignon.

Maison à Jameos de Agua à Lanzarote
Maison à Jameos del Agua, oeuvre de Manrique

Grâce à la pression et la persévérance de Manrique, des lois ont permis la protection de l’architecture traditionnelle et de l’environnement.

La montée en flèche du tourisme au début des années 80 a failli mettre à plat tout ce qu’il a fait, mais il résista. Il s’opposa avec ferveur aux abus de nombreux projets urbanistiques touristiques. Il réussit à convaincre de nombreux habitants de Lanzarote, ce qui conduit à la création d’un groupe de défense de l’environnement : el Guincho.

La fondation César Manrique gère plusieurs sites sur l’île et tous sont spectaculaires, même si certains ne sont pas praticables par tous vu leur nature volcanique.

Cette fondation influente permet de promouvoir la culture, la conservation et l’intégrité architecturale de Lanzarote, bref un tourisme plus durable.

La nature: l’essence de Lanzarote

Chaque zone de l’île a son charme et ses propres caractéristiques.

Parc National de Timanfaya

Ce parc s’est formé à partir de 1730 avec des éruptions intenses pendant 6 ans. Plus de 48 millions de mètres cubes de lave sont crachées chaque jour pendant cette période. 200km2 ont été dévastés et plus de 50 villages engloutis…

Les Montagnes du Feu “Montañas del Fuego” portent donc bien leur nom. César Manrique a créé l’observatoire du site (mirador isolte de Hilario).

Le restaurant “El diablo” conçu par Cesar Manrique offre de nombreuses grillades qui utilisent la chaleur du volcan. En effet, à quelques centimètres sous nos pieds, on atteint les 100ºC. À 10 mètres on atteint 600ºC ! Il y a effectivement une chambre de magma à seulement 4km de la superficie qui explique ce phénomène.

Restaurant Timanfaya Lanzarote

Il y a d’ailleurs des démonstrations proches du restaurant qui consistent à embraser des bouts de bois à l’aide d’une fourche dans un trou à environ 1,50m de profondeur, le feu prend facilement, tellement la chaleur est importante.

On vous donne aussi quelques graviers dans la main, qu’on aura ramasser à très peu de profondeur, pour apprécier la chaleur qui s’en dégage. Ou encore on utilise un tuyau pour arroser un trou dans le sol, formant ainsi un geyser artificiel exactement 3 secondes après.

Les piscines naturelles de Lanzarote

Une autre curiosité de l’activité volcanique est la formation de piscine naturelle sur de nombreuses plages de Lanzarote, notamment vers le nord-est comme Charco del Palo ou le village de pêcheur Arrieta.

La route des vins : les vignobles de La Geria

Les vignobles de la Geria sont très typiques de Lanzarote car ils ne ressemblent à aucun autre.
Ici on trouve des murettes de pierres en forme semi circulaires pour protéger chaque vigne du vent. La terre de lave noire est en fait idéale pour les raisins.
Cette méthode n’est pas conventionnelle, les vins de Lanzarote ont donc des rendements plus réduits mais la qualité est exceptionnelle. Les prix sont donc plus élevés que ce que l’ on a l’habitude de voir, mais ça en vaut vraiment la peine.

Vignes La Geria Lanzarote durable
Vignes à La Géria

La conscience écologique et durable de Lanzarote à travers les oeuvres de Cesar Manrique

C’est vraiment ce qui différencie le plus Lanzarote du reste des îles. A travers son art, il a réussi à promouvoir la beauté énigmatique de cette île volcanique. Mais il a surtout réussi à faire passer un message sur l’importance de conserver l’authenticité, la culture et l’architecture traditionnelle de Lanzarote.

Il y a de nombreux sites qui témoignent de son oeuvre comme par exemple:

  • La Fondation César Manrique
  • Mirador del Río
  • Los Jameos del Agua
  • Le Jardin de Cactus
  • La Cueva de los Verdes
  • La Casa de Cesar Manrique (sa dernière demeure à Haria)

On y retrouve une volonté de préserver la nature et de faire ressortir la beauté de l’œuvre naturelle laissée par l’activité volcanique.

Mirador del Río

Au Mirador del Río (Belvédère de la rivière), cet édifice permet surtout d’observer les coulées qu’ont laissé la lave (río) sur le flanc de montagne ainsi que d’observer l’île de Graciosa en face, une observation qui peut être perturbée en cas de “calima”.
La calima est un vent d’est chaud et ensablé qui vient du Sahara, un phénomène impressionnant avec le sable et la poussière en suspension dans l’atmosphère qui réduit notablement la visibilité.

D’ailleurs, l’îlot de la Graciosa de 27m2 incarne le tourisme slow et durable de Lanzarote, car ici il n’y a pas de routes bitumées. Place au vélo et à la marche à pied pour découvrir les plages vierges sur cette île tranquille qui ne compte qu’environ 700 habitants.

Quant au Jardin de cactus, la dernière oeuvre de César Manrique, il met en évidence les différents types de cactus (1400 espèces et plus de 10.000 cactus), pas seulement présent sur l’île car on trouve aussi des types de cactus de l’autre bout de la planète comme ceux de Madagascar ou de l’Amérique. Mais il y a cette volonté de montrer la nature telle qu’elle est à Lanzarote, une région aride où le cactus prospère. On y trouve aussi un ancien moulin à vent qu’il a restauré où on élabore le gofio, un entremets typique des Canaries.

jardin de cactus vue du haut derniere oeuvre de cesar manrique a lanzarote
Jardins de cactus de César Manrique

Los Jameos del Agua à Arrieta

Cette fois-ci, on s’intéresse à la première intervention de Manrique. Il reconditionna un tunnel de lave pour non seulement en faire un attrait touristique mais aussi artistique et d’une manière qui altère le moins possible la singularité de ce lieu.

La partie Jameo Chico, qui conserve pratiquement tout de son aspect original, comporte un petit lac où la vie existe et s’est adaptée à cet endroit inhospitalier. On trouve effectivement des crabes minuscules qu’on appelle Jameitos qui sont uniques au monde, et qui se sont adaptés à un endroit sans lumière (ils sont aveugles et albinos).

Jameos de Agua Jameos chico Lanzarote

Quant à la partie Jameo Grande, Manrique a fait un énorme jardin tropical et tout au bout on trouve un auditoire naturel intégré dans une formation volcanique et reconditionné en 1987 pour faire des concerts et spectacles. Comment mieux harmoniser la nature et la culture qu’à Jameos del Agua !

Jameos Grande Jameos de Agua Lanzarote durable

On le voit bien dans toutes ces interventions: la base est dans l’embellissement à des fins non seulement touristiques mais aussi culturelles, le tout dans le respect de la tradition et de l’environnement.

Les falaises de Caleta de Famara

Caleta de Famara est la ville natale de César Manrique. Pas étonnant donc que ce village soit l’un des mieux conservé de l’île, et ait gardé son architecture typique de petites maisons blanches d’un seul étage avec balcon et volets verts.
La plage de Famara est superbe, faite de sable fin blond qui recouvre d’ailleurs la route pour accéder au village où il faut donc conduire avec prudence.
Le paysage est spectaculaire et venteux, entre maisons blanches dans le fond du décor naturel formé par les falaises et les dunes de sable derrière la plage.

falaises de Caleta de Famara nord de Lanzarote

Les autres villages typiques du tourisme durable de Lanzarote

Les maisons blanches font contraste avec la terre noire héritée des volcans. L’impact est impressionnant. Les maisons typiques n’ont en général qu’un étage, avec des balcons, volets et portes de couleur verte à l’intérieur de l’île et bleue sur la côte. Cette homogénéité est dûe à l’utilisation des restes de peinture des bateaux de pêche. Les murs sont également épais et blanc pour faire face aux rayons du soleil et mieux les isoler. La construction des toits et terrasses est aussi adaptée et inclinée pour récupérer le peu d’eau de pluie qui tombe sur l’île.

Haria

C’est probablement le plus joli village de l’île, et aussi l’un des plus anciens.
Il se situe au nord et héberge également le marché d’artisanat le plus intéressant de l’île, même s’ il n’est pas très grand. Il permet d’acquérir des souvenirs de qualité et fait à Lanzarote.

Produits locaux au marche de Haria
Produits locaux au marché

Il y avait aussi une palmeraie qui a maintenant été pas mal réduite, mais le village conserve de nombreux palmiers.

Haria architecture Lanzarote

Teguise

Cette ville était l’ancienne capitale de Lanzarote jusqu’à ce que Arrecife prenne la relève en 1852.
Son nom vient du fait que le neveu de Juan de Bethencourt se maria à Téguise, fille du chef (cacique) de l’époque. La ville a été saccagée à plusieurs reprises par les pirates. Ce n’est donc pas pour rien que vous y trouverez un musée de la piraterie, qui se trouve dans le château de Santa Bárbara.

C’est une ville plutôt tranquille, avec quelques boutiques, galeries d’art, bars et restaurants. On y trouve de très belles places pour flâner, et elle fait partie des plus jolis villages d’Espagne.
Exception du calme le dimanche matin où s’installe le plus grand marché de l’île.

Teguise ancienne capitale de Lanzarote

On peut aussi faire un tour dans d’autres villages typiques tels que Tiagua, Mogaza, Uga, ou Femés, ou Yaiza.

El Golfo

Un ancien village de pêcheur au sud de l’île qui permet d’observer les plus beaux couchers de soleil de l’île. L’une des routes les plus impactantes de l’île se trouve au sud, la LZ-703 entre pics volcaniques et océan avec plages de sable noir.
Plus loin, Los Hervideros et ses formations de grottes en bord de mer témoignent encore de la beauté insolite laissée par l’activité volcanique.

playa del golfo sud ouest delanzarote
Playa del Golfo

La gastronomie locale de Lanzarote

Vous l’aurez compris, avec les nombreux villages de pêcheurs, le poisson et les fruits de mer sont omniprésents dans les restaurants de l’île.

On mange aussi beaucoup de “papas arrugadas”. Ce sont des petites pommes de terre cuites avec leur peau. Comme l’île a toujours manqué d’eau, on utilisait l’eau de mer pour cuisiner les pommes de terre.

Le sel est aussi vendu partout dans les boutiques locales et les marchés.
Dans les alentours de El Golfo, on trouve en effet les “Salinas de Janubio” où plus de 15000 tonnes de sel sont exploitées chaque année.

La pointe de Papagayo et ses plages à couper le souffle

On trouve beaucoup de plages à Lanzarote: Playa Blanca, Playa del Carmen, Playa de Costa Teguise, mais ici, on s’intéresse plutôt aux plages protégées et naturelles.
Le trajet en voiture est assez pénible car la route n’est pas bitumée. Bien qu’on puisse aussi y accéder en bateau.
Ce lieu paradisiaque a de nombreuses plages de sable doré avec des grottes et en forme de calanques. Dommage que le gouvernement local n’ait pas encore compris qu’il fallait limiter l’accès qui pour le moment est sans limite de voitures… surtout qu’il s’agit d’une réserve naturelle protégée.

playa del papagayo Lanzarote durable
Playa del Papagayo

Arrecife : capitale de Lanzarote

On ne peut pas écrire sur Lanzarote sans mentionner sa capitale, qui contrairement à d’autres villes, ne vit pas du tourisme.
On y recense environ 60000 habitants. La ville est assez petite, et très agréable pour s’y promener à pieds, entre son centre et son bord de mer.
On y trouve même un petit lac intérieur “Charco de San Ginés” entouré de bars et restaurants, un peu plus protégé du vent et avec un joli décor de barques colorées.
On peut également visiter le MIAC Musée International d’Art Contemporain, œuvre de César Manrique, au sein du château de San José qui à l’époque protégeait les habitants des pirates.

Museo de la hsitoria Arrecife
Arrecife

Voilà les aspects les plus évocateurs qui permettent à l’île de Lanzarote de faire partie des destinations les mieux conservées des Canaries. La mise en avant de sa culture, de son architecture, de sa gastronomie et de la beauté énigmatique de sa nature volcanique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’île, vous pouvez aussi lire l’article que j’ai écrit pour le blog de voyages durables et inclusifs World Travel-Able. Vous trouverez des aspects plus concrets pour visiter Lanzarote.

Avez-vous visité Lanzarote? Quel souvenir en avez-vous gardé? Connaissez vous d’autres destinations qui sont engagées pour le tourisme durable?
Nous attendons vos commentaires ci-dessous.

Et si vous connaissez des hébergements, restaurants ou boutiques engagées pour le tourisme durable à Lanzarote ou ailleurs, n’hésitez pas à les ajouter à notre carnet d’adresses participatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :